Vendredi, juin 27, 2014
thefinalimage:

Safety Last! | 1923 | dir. Fred C. Newmeyer and Sam Taylor
Hands down, my favorite final gag of the silent era. Simple, elegant, perfect.

L’amour contre les petites contrariétés de la vie quotidienne… En voyant ce classique du cinéma muet avec le génial Harold Lloyd, on se demande de que deviendra le héros après cette scène finale et son ultime gag. Va-t-il enfin accéder à un salaire tant soit peu substantiel pour pouvoir épouser sa dulcinée? Suite au succès de son idée spectaculaire, gros coup de pub pour le grand magasin new-yorkais où il est employé? Rien n’est moins sûr, surtout dans une Amérique des années 20 de plus en plus inégalitaire qui laisse peu de chance aux gars loyaux et droits. Mais l’amour, oui, il le remporte. Dans ce sens, le film est l’anti-“Gatsby le Magnifigue”, roman que F. Scott Fitzgerald publiera à peine deux ans après. 

thefinalimage:

Safety Last! | 1923 | dir. Fred C. Newmeyer and Sam Taylor

Hands down, my favorite final gag of the silent era. Simple, elegant, perfect.

L’amour contre les petites contrariétés de la vie quotidienne… En voyant ce classique du cinéma muet avec le génial Harold Lloyd, on se demande de que deviendra le héros après cette scène finale et son ultime gag. Va-t-il enfin accéder à un salaire tant soit peu substantiel pour pouvoir épouser sa dulcinée? Suite au succès de son idée spectaculaire, gros coup de pub pour le grand magasin new-yorkais où il est employé? Rien n’est moins sûr, surtout dans une Amérique des années 20 de plus en plus inégalitaire qui laisse peu de chance aux gars loyaux et droits. Mais l’amour, oui, il le remporte. Dans ce sens, le film est l’anti-“Gatsby le Magnifigue”, roman que F. Scott Fitzgerald publiera à peine deux ans après. 

Dimanche, mai 18, 2014

Avant, on avait en début de film l’indication “based on a true story”, l’air de dire: “si mon film est une merde, ayez au moins du respect pour ces gens à qui cette histoire est vraiment véritablement arrivée en vrai”. Avec la mode des biopics, plus besoin de ça: la story (si on peut appeler ça comme ça) est forcément true puisqu’il s’agit de personnages réels. Ou alors non? Les Grimaldi fulminent, Anne Sinclair vomit - et pour la critique cannoise, Grace de Monaco tout comme Welcome to New York sont des navets. Apparemment, il n’y que Saint Laurent qui s’en sort et le reste, c’est le cas de le dire, peut aller se rhabiller. On verra bien, mais je me demande d’où vient cette idée désopilante de faire du cinéma comme on ferait un reportage pipole.

Whatever happened to ze vies imaginaires?

Samedi, janvier 4, 2014
Surrealistic pillow a 2 ans aujourd’hui !

Surrealistic pillow a 2 ans aujourd’hui !

(Source : assets)

Samedi, novembre 30, 2013
Excellente petite comédie avec Sandra Bullock et Melissa McCarthy. Je ne pourrais pas le dire mieux que Sheila O’Mally:

“Don’t these women realize how ridiculous they look?
They do, and that’s the point.”

"The Heat" (Paul Feig, 2013)
Logiquement, une suite est prévue.

Excellente petite comédie avec Sandra Bullock et Melissa McCarthy. Je ne pourrais pas le dire mieux que Sheila O’Mally:

Don’t these women realize how ridiculous they look?

They do, and that’s the point.”

"The Heat" (Paul Feig, 2013)

Logiquement, une suite est prévue.

Samedi, septembre 7, 2013

Ça m’arrive quasiment jamais, mais ce film, je l’ai regardé trois fois de suite. Et maintenant, je lis le livre, autre régal.

"Cloud Atlas", Tom Tykwer, Andy & Lana Wachowski, 2012

PS: Un Hugh Grant se cache dans une de ces photos, Saurez-vous le retrouver?

Samedi, août 31, 2013

On comprend les réticences des actrices de se livrer corps et âme aux caprices de leur réalisateur (masculin). Donc, pour changer, elles écrivent le scénario elles-mêmes et font l’actrice ensuite: Zoe Kazan, Brit Marling.

"Ruby Sparks" de Jonathan Dayton et Valerie Faris (2012)

"Another Earth" de Mike Cahill (2011)

Vendredi, août 9, 2013

Me suis toujours demandé ce qui se passait dans la tête de ces bidasses qui donnaient l’assaut aux plages de Normandie ou, dans le cas présent, à celles de Guadalcanal, Iwo Jima et Okinawa. La mini-série “The Pacific”, concoctée entre autres par Steven Spielberg, donne un semblant de réponse, et une réponse singulièrement anti-guerrière.

(Mais bon, d’accord, c’est aussi un monument à la gloire des Marines, n’exagérons pas…)

"The Pacific" (10 épisodes, 2010)

Pour faire bonne mesure dans les blockbusters hollywoodiens SF actuels, il faut dans un second rôle au moins une Japonaise. Généralement, elles sont jeunes, mignonnes, vaguement rebelles et surtout expertes en arts martiaux divers, donc dragueurs du dimanche s’abstenir.

Rinko Kinkuchi dans “Pacific Rim” (Guillermo del Toro, 2013)

Rila Fukushima dans “The Wolverine” (James Mangold, 2013)

Dimanche, juillet 28, 2013

On ne s’endort pas, mais sinon, hum… Transformers + Iron Man + Independence Day + Godzilla + Blade Runner + autreblockbusterspectaculaire = les scènes qu’on n’a pas déjà vues autre part sont plutôt rares. À noter cependant la talentueuse Rinko Kikuchi que les réalisateurs mexicains ont l’air de se refiler. Après Iñárritu donc, del Toro. Il ne lui reste plus qu’à faire un tour chez Cuarón et Reygadas.

"Pacific Rim", Guillermo del Toro (2013)

Jeudi, juillet 18, 2013

Marpessa Dawn en Eurydice et les enfants qui reprennent le flambeau. Palme d’Or, Oscar, Golden Globe etc.

"Orfeu Negro", film franco-brésilien de Marcel Camus, 1959.